• One line Cosmonogy n°2, Black paint on 638 gms Paper, 150 x 50 cm, 2015

  • The Pristine n°1, Silicon on 2 cm MDF, 120 x 120 cm, 2015

  • Creation is Destruction shoot n°5, Desert Eagle on 2mm Brass, 100 x 100 cm, 2015

  • Creation is Destruction, 2mm polished & varnished full brass 100 x 100 cm / each

  • Darkness Archetype n°5, Burned tar on wood, 120 x 120 cm

  • Creation is Destruction shoot n°7, Pumpgun on 2mm Copper, 100 x 100 cm, 2015

  • Creation is Destruction Axe n°1, 1 hour Axe on 2mm Brass, 100 x 100 cm, 2015

  • Creation is Destruction Axe n°4, 1 hour Axe on 2mm Brass, 200 x 100 cm, 2015

  • Each line on Breath / Paper n°35, Finalizer on 300 gms saunders & Waterford, 250 x 120 cm, 2015

  • Each line one breath / Drawn by Blood n°5, Artist Blood on 420 gms Paper, 120 x 80 cm, 2015

  • Each line one breath / Copper n°11, 1 mm black varnished Copper, 100 x 100, 2015

  • Each line one breath / Aluminium n°35, 5 mm white Aluminium, 305 x 140 cm, 2015

  • Singularity Flux n°1, Graphite, link on 638 gms Paper, 100 x 150 cm, 2015

  • Each line one breath / Copper n°13, 1mm black varnished Copper, 100 x 100 cm, 2015

John Franzen

John Franzen est né en 1981 en Allemagne. Du fait de déménagements successifs, John a vécu une enfance nomade avec comme conséquence un manque de liens et d’attaches sociales. Lorsqu’il entreprend des études d’art à Maastricht, c’est un jeune artiste en devenir qui a trouvé refuge dans la création, synonyme pour lui d’apaisement. Son art conceptuel est dans son essence même inspiré par une quête de vérité. Dans les séries Each line one breath et Drawing with blood, il trace une ligne à chaque respiration, chaque pièce possède ainsi son propre mouvement et est unique à l’instar du souffle de l’artiste. Cette ligne, dans sa matérialisation formelle, requiert l’acte de vie le plus fondamental qui soit : le souffle. La ligne diffuse toute l’énergie de l’expiration que l’artiste se charge de nous rendre visible. Le choix de cette ligne, dénuée de toute iconographie, permet de ne pas être détourné de son sens véritable. Dans la série Creation is destruction, c’est une autre idée qui est véhiculée, celle que seul l’anéantissement de toute forme d’identité nous ramène à l’essence des choses, à leur source. Pour atteindre cette vérité, la rigueur scientifique se mêle à la dimension créatrice. C’est pour cette raison que John Franzen se fie à son intuition et à son instinct qui ouvrent l’esprit à tout un champ de possibles. Si une certaine forme de spiritualité habite son art, il n’en est pas moins aux antipodes de la religion telle qu’on la connait. C’est-à-dire un dogme créé par et pour l’homme, donc originellement tronqué et loin de cette vérité que John transcende dans ses œuvres.

John Franzen est né en 1981 en Allemagne. Du fait de déménagements successifs, John a vécu une enfance nomade avec comme conséquence un manque de liens et d’attaches sociales. Lorsqu’il entreprend des études d’art à Maastricht, c’est un jeune artiste en devenir qui a trouvé refuge dans la création, synonyme pour lui d’apaisement. Son art conceptuel est dans son essence même inspiré par une quête de vérité. Dans les séries Each line one breath et Drawing with blood, il trace une ligne à chaque respiration, chaque pièce possède ainsi son propre mouvement et est unique à l’instar du souffle de l’artiste. Cette ligne, dans sa matérialisation formelle, requiert l’acte de vie le plus fondamental qui soit : le souffle. La ligne diffuse toute l’énergie de l’expiration que l’artiste se charge de nous rendre visible. Le choix de cette ligne, dénuée de toute iconographie, permet de ne pas être détourné de son sens véritable. Dans la série Creation is destruction, c’est une autre idée qui est véhiculée, celle que seul l’anéantissement de toute forme d’identité nous ramène à l’essence des choses, à leur source. Pour atteindre cette vérité, la rigueur scientifique se mêle à la dimension créatrice. C’est pour cette raison que John Franzen se fie à son intuition et à son instinct qui ouvrent l’esprit à tout un champ de possibles. Si une certaine forme de spiritualité habite son art, il n’en est pas moins aux antipodes de la religion telle qu’on la connait. C’est-à-dire un dogme créé par et pour l’homme, donc originellement tronqué et loin de cette vérité que John transcende dans ses œuvres.

2007
SHIP OF FOOLS, GALLERY PRAGA – PRAGUE, CZECH REP.

2008
TIJDENS TEFAF, THEATER – MAASTRICHT, NL

2010
IMM – COLOGNE, GERMANY

2011
KUNST & KULTUR HAUS – AACHEN GER
JAN VAN EYCK – MAASTRICHT, NL

2012
SCOPE 13 – MAASTRICHT, NL
SALON/1 – MAASTRICHT, NL
DEPOT BASEL – BASEL, SWITZERLAND
OSTRALE DRESDEN – DRESDEN, GER
DE GLAZEN KAST – REKEM, BELGIUM

2013
SCOPE 13 – MAASTRICHT, NL
GALERIE FREITAG 18.30 – AACHEN, GER
GALLERY MORGEN CONTEMPORARY – BERLIN, GER

2014
KÜNSTLERHAUS DORTMUND – DORTMUND, GER
MEDI ART – LUXEMBURG, LUX
AAA AUCTION – AMSTERDAM, NL
SHORTLISTED THFMF – LONDON, UK
INTERNATIONAL ARTIST AWARD – DUBAI, ARAB. EMIRATES
HAVOC – AMSTERDAM, NL

2015
MORGEN CONTEMPORARY – BERLIN, GER
ONEIRO – PARIS MARAIS, FR
ARTELLI GALLERY – ANTWERP B
SPARKASSE – AACHEN GER
ARUSHA GALLERY – EDINBURGH UK
ART & ANTIQUES FAIR – HERTOGENBOSCH NL
PARKVIEW GALLERY – HONG KONG
ARUSHA GALLERY – EDINBURG UK
DIXIT ALGORIZMI – BERLIN GER
YOKO UHODA – LIEGE BE

2016
ART LONDON UK

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest
Categories
Sculpture